Plan cancer 3 : quels changements dans la recherche contre le cancer ?

Plan cancer 3 : quels changements dans la recherche contre le cancer ?

Depuis mars 2003, le gouvernement français a instauré des plans quadriennaux pour la lutte, la recherche et l’information contre le cancer. Composés de mesures phares et de mesures concrètes, il s’est imposé comme un axe majeur de santé publique. En janvier 2014, sera lancé le Plan Cancer 3 : quelles seront les grandes thématiques à venir et les axes de travail ?

Le plan cancer 3, de quoi s’agit-il ?

Si le premier plan cancer instauré par Jacques Chirac en 2003 avait axé le travail sur la prévention et le dépistage, le deuxième plan cancer (2009-2013) s’est concentré sur l’amélioration de la qualité de vie et la réduction des inégalités face à la maladie.

En novembre dernier, lors des rencontres de la cancérologie française, les nouveaux axes du Plan Cancer 3 ont été précisés aux professionnels de santé. C’est en se basant sur les recommandations du Pr Jean-Paul Vernant, remises à Marisol Touraine et à Geneviève Fioraso dans le courant de l’année 2013, que ce nouveau plan cancer a été élaboré.

Cinq axes thématiques ont été mis en avant :

  • Prévention et dépistage
  •  Recherche anti cancer
  • Métiers, formations et pratiques de la cancérologie
  • Parcours de soins
  • La vie pendant et après le cancer

C’est aussi du côté des inégalités sociales face au cancer que le Plan Cancer 3 va agir.
Le rapport évoque notamment les “restes à charge” (dépenses de soins et d’équipements non remboursés) et les dépassements d’honoraires imposés qui devront être limités, tout en rappelant que les innovations technologiques et thérapeutiques ne devront pas venir accentuer les inégalités de traitement.

A partir de janvier 2014, les professionnels de santé, les chercheurs et les spécialistes viendront s’appuyer sur ces recommandations pour continuer de faire avancer la recherche en cancérologie et le dépistage. Les essais cliniques et la recherche de traitements contre le cancer personnalisés sont là encore des pistes de développement pour ce plan.

De nouvelles recherches encourageantes

Depuis 2014, les recherches en cancérologie continuent d’avancer. Plusieurs procédures de traitement ont été testé et mis en place quand la situation le permettait. Deux techniques en particulier ont attirées l’attention du corps médical.

L’immunothérapie est considérée comme l’une des révolutions de ces dernières années. Elle consiste à stimuler les défenses immunitaires du patient en lui administrant des substances. Utilisée généralement contre les infections, des maladies auto-immunes et dégénératives, cette méthode fonctionne aussi sur certains cancers, notamment ceux du sang, du poumon…

L’hormonothérapie : Qu’est-ce que c’est ?

L’hormonothérapie, méthode en plein développement depuis quelques années, va être utilisée sur un certains types de cancers. En effet, les médecins opteront pour l’hormonothérapie lorsque la présence d’hormones induit une multiplication des cellules cancéreuses plus rapide. Cela aura pour but de bloquer cette production d’hormones ou d’en arrêter l’activité.

L’hormonothérapie va être administrer sous forme de médicament à prendre. Ce médicament va donc bloquer la production ou l’action des hormones en cause, et ainsi altérer la croissance des cellules malades. A contrario des autres traitements, elle ne va pas détruire ces cellules.

Malgré la fin du Plan Cancer en 2019, les recherches en matière de traitement contre le cancer, ne cessent de se développer et n’ont jamais été aussi prometteuses. Chaque année, les chercheurs et médecins améliorent les conditions de vies des patients.