Comment reconnaître un tennis elbow ?

Comment reconnaître un tennis elbow ?

Vous avez mal à un coude ? La douleur vous empêche de tendre le bras ? Vous peinez à mobiliser votre avant-bras pour soulever une charge ? Vous souffrez peut-être d’un tennis elbow. Cette affection n’est pas facile à identifier car elle peut être facilement confondue avec d’autres pathologies, telles qu’une déchirure musculaire, un syndrome du canal carpien ou un rhumatisme articulaire. Vous vous demandez comment reconnaître un tennis elbow ? Quels sont les symptômes qui le caractérisent et à quel moment faut-il soupçonner sa présence ? Quels sont les traitements pour venir à bout du tennis elbow ? Découvrez les réponses à toutes vos questions sur le tennis elbow dans notre article.

Qu’est-ce qu’un tennis elbow ?

Le tennis elbow est une inflammation qui se situe sur l’extérieur du coude, au niveau de la bosse formée par le gros os de l’avant-bras, l’humérus. Son nom savant est l’épicondylite latérale. Le tennis elbow touche exclusivement le coude. Et non, il n’est pas réservé aux joueurs de tennis. Les responsables de cette douleur sont les tendons. Le tennis elbow est donc une tendinopathie, mais qui ne concerne qu’une partie très précise du coude.

Quels sont les symptômes du tennis elbow ?

Le tennis elbow peut s’installer progressivement ou apparaître du jour au lendemain, sans crier gare. Différents symptômes permettent de soupçonner la présence de cette pathologie :

  • Une douleur persistante sur la face externe du coude qui peut irradier dans tout l’avant-bras ;
  • Une faiblesse dans la main et les doigts ;
  • Une difficulté à saisir un objet, soulever un sac ou même porter un verre à ses lèvres, du fait de la douleur ;
  • Une sensibilité au toucher.

En présence de plusieurs de ces symptômes, il est conseillé de consulter un professionnel de santé, seul capable de diagnostiquer avec certitude le tennis elbow.

Comment est diagnostiqué le tennis elbow ?

Le tennis elbow n’a aucune particularité visible et le coude ne présente donc ni rougeur ni gonflement. Pour poser son diagnostic, le médecin procède le plus souvent au test de Maudsley : coude en extension, le patient tend le majeur et l’appuie sur une paroi pour créer une résistance. Cette manœuvre a pour but de solliciter le muscle « extensor carpi radialis brevis », ou ECRB. Puis le professionnel demande au patient de réaliser plusieurs mouvements, coude tendu :

  • Plier le poignet ou tourner la paume vers le bas, bras tendu ;
  • Plier la main en arrière face à une résistance ;
  • Plier et déplier les doigts, coude toujours tendu.

Si ces 3 positions se révèlent douloureuses à mettre en œuvre, l’épicondylite latérale ou tennis elbow est confirmé par le praticien.

Comment soigner un tennis elbow ?

Plus le tennis elbow est traité tôt, mieux il se soigne. C’est pourquoi il est avisé de consulter un professionnel de santé dès les premiers symptômes, sans attendre une aggravation qui atténuerait les chances de guérison ou tout au moins la ralentirait. En principe, la prescription est la suivante :

  • Éviter la pratique des activités responsables du tennis elbow est indispensable à la guérison. La première recommandation du médecin est donc le repos, pour éviter de répéter les gestes qui ont occasionné l’apparition du tennis elbow ;
  • Une correction des postures peut être nécessaire si un geste répétitif mal effectué est à l’origine du tennis elbow ;
  • Un aménagement plus ergonomique du poste de travail peut être envisagé ;
  • Des exercices d’étirement et des massages sont souvent préconisés ;
  • Le recours au traitement médicamenteux se fait par le biais d’anti-inflammatoires non stéroïdiens destinés à atténuer la douleur et l’inflammation elle-même ;
  • Une ou plusieurs injections de corticostéroïdes peuvent parfois être pratiquées pour accélérer la résorption de l’inflammation. Cette solution doit cependant être employée avec mesure et discernement et ne doit pas être répétée trop souvent ;
  • Du matériel orthopédique peut aussi être proposé au patient, comme un coussin de maintien ou une attelle pour soulager la douleur.

Cependant, le rétablissement complet peut être long et il arrive fréquemment que les symptômes du tennis elbow persistent plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Cependant, sans amélioration après plus de 6 mois, une intervention chirurgicale est envisageable pour extraire les tissus devenus fibreux.

Le tennis elbow est une pathologie commune, qui atteint le plus souvent le coude du bras dont on se sert le plus. Il est fréquemment déclenché par un geste répétitif effectué pendant des années, mais il peut aussi apparaître spontanément, à l’occasion d’un effort musculaire trop important. Les caissières, les mécaniciens, les jardiniers et bien d’autres professions sont dites « à risques » car elles engendrent des mouvements de rotation répétés de l’avant-bras. Si vous pensez souffrir d’un tennis elbow, ne traînez pas pour consulter, car pris à temps, il se soigne très bien. Plus vous attendez, plus le tennis elbow mettra de temps à se résorber.

A lire : Kinésithérapie : qu’est-ce-que la méthode Mézières ?

You may also like

Comment enlever un bouchon de cérumen dans l’oreille naturellement ?

Comment enlever un bouchon de cérumen dans l’oreille naturellement ?

Sensation d’oreilles bouchées, bourdonnements, gène, perte d’audition… Et si c’était un bouchon de cérumen ? Appelé aussi cire de l’oreille, le...

Troubles de l’audition : que faire ?

Troubles de l’audition : que faire ?

Surdité sévère dès la naissance ou baisse de l’audition avec l’âge, les troubles de l’audition prennent des visages différents. Mais...

Café et hypertension : est-ce que le café fait monter la tension ?

Café et hypertension : est-ce que le café fait monter la tension ?

Il a été découvert récemment que la consommation modérée du café apporte un effet bénéfique ou neutre chez les personnes...

Est-il dangereux d’arracher une verrue ?

Est-il dangereux d’arracher une verrue ?

Quand on a une verrue, qu’elle soit dite vulgaire ou plantaire, on aimerait parfois l’arracher ou la gratter. Pourtant, le...

Back to Top